Équivalent du PAA

Une Analyse de risques et plan d’action agroenvironnemental à jour et complet constitue une exigence de l’initiative proAction. Consultez cette section pour analyser vos activités et concevoir votre plan de mesures agroenvironnementales à mettre en œuvre sur votre ferme.

Source, PLQ
Photographe, André Piette

La gestion des éléments nutritifs vise à utiliser les nutriments le plus efficacement possible pour améliorer la productivité tout en protégeant l’environnement. Les éléments nutritifs organiques et inorganiques qui ne sont pas utilisés efficacement par les cultures risquent d’être lessivés et de se retrouver dans les eaux souterraines ou encore dans les eaux de surface avoisinantes par le biais de systèmes de drainage agricoles de surface ou souterrains. Par conséquent, un principe fondamental de gestion des nutriments culturaux consiste à éviter l’application excessive d’éléments nutritifs, y compris le fumier.

L'épandage de matières fertilisantes n'est permis que pour fertiliser le sol d'une parcelle en culture et ne peut être fait qu'en conformité d'un plan agroenvironnemental de fertilisation lorsque requis. Le plan agroenvironnemental de fertilisation doit contenir tous les renseignements nécessaires à son application tels que les doses de matières fertilisantes, les modes et les périodes d'épandages.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection


Minnesota Department of Agriculture - Conservation practices


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence: Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015



Tout exploitation ou lieu d'élevage sur fumier liquide, celles sur fumier solide avec une production annuelle de phosphore supérieure à 1 600 kg ainsi que ceux avec gestion solide dont la superficie est supérieure à 15 ha doit faire établir annuellement un bilan de phosphore du lieu d'élevage en établissant le volume annuel de production du cheptel combiné à toute autre matière fertilisante utilisé ainsi que le volume qui peut être épandu.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection


Minnesota Department of Agriculture - Conservation practices


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence: Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015



L'épandage de matières fertilisantes ne peut être fait que du 1er avril au 1er octobre de chaque année.


Toutefois, les matières fertilisantes peuvent être épandues après le 1er octobre sur un sol non gelé et non enneigé si l'agronome qui conçoit le plan agroenvironnemental de fertilisation y précise une nouvelle période d'interdiction. De plus, si les matières fertilisantes à épandre sont des déjections animales, la proportion de celles-ci doit être inférieure à 35 % du volume annuel produit par le lieu d'élevage.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols
  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection


Minnesota Department of Agriculture - Conservation practices


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence: Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015



Les déjections animales avec gestion sur fumier liquide doivent être épandues avec un équipement à rampes basses ou un autre équipement à aspersion basse dont le point de sortie mis en place pour la projection du fumier liquide est situé à une hauteur maximale de 1 m au-dessus du sol et qui projette ce fumier à une distance d'au plus 2 m pour atteindre le sol.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Gouvernement du Québec - PAA expliqué 2015


Minnesota Department of Agriculture - Conservation practices


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence: Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015


L’entreposage est une réalité de l’élevage de bovins, étant donné que le fumier ne peut être incorporé dans le sol ou épandu dans les champs qu’à certains moments de l’année. La mesure dans laquelle ces éléments nutritifs peuvent être remis dans le sol et rendus assimilables par les cultures dépend de la façon dont le fumier est manipulé et entreposé. C’est pourquoi il est important d’entreposer le fumier correctement afin de maximiser l’efficacité de l’utilisation du fumier, une précieuse ressource pour le sol.

Le regard est un tuyau d'un diamètre minimal intérieur de 40 centimètres, disposé verticalement à proximité d'un ouvrage de stockage. Il reçoit l'eau en provenance des drains qui doivent être installés sur tout le périmètre extérieur au niveau ou sous le niveau de la base de l'ouvrage de stockage. Le regard permet d'échantillonner l'eau en provenance des drains de périmètre pour vérifier l'étanchéité de l'ouvrage de stockage.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Les eaux contaminées en provenance de l'amas ne doivent pas atteindre les eaux de surface. De plus, les eaux de ruissellement en provenance de l'amont de l'amas doivent être interceptées. On peut recourir au jugement professionnel d'un agronome pour établir l'amas de façon à éviter la contamination des eaux de surface.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

L'amas doit être complètement enlevé et valorisé ou éliminé dans les 12 mois suivant le premier apport de fumier solide le constituant.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols
  • Qualité de l'eau

Les conditions à respecter pour la constitution d'amas aux champs sont les suivantes :


  • les eaux contaminées en provenance de l'amas ne doivent pas atteindre les eaux de surface

  • les eaux de ruissellement ne doivent pas atteindre l'amas

  • l'amas de fumier solide ne doit pas contenir plus de 2000 kg de phosphore et ne doit être utilisé que pour les besoins de fertilisation de la parcelle en culture sur laquelle l'amas est situé ou sur une parcelle contiguë

  • l'amas doit être constitué à au moins 100 m de l'emplacement enlevé depuis 12 mois ou moins

  • l'amas doit être complètement enlevé et valorisé ou éliminé dans les 12 mois du premier apport de fumier le constituant

  • l'exploitant qui est tenu d'établir un PAEF doit procéder au stockage en amas que sur recommandation écrite et signée d'un agronome
Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols
  • Qualité de l'eau

Le sol est à la base de l’agriculture. Il fournit l’eau et les éléments nutritifs aux cultures, soutient les végétaux physiquement, contribue à la maîtrise des parasites, détermine la direction que la pluie prendra une fois tombée et protège la qualité de l’eau potable, de l’air et des habitats fauniques. La gestion des sols a pour but d’en assurer la protection et d’en améliorer le rendement afin que vous puissiez en tirer profit et préserver la qualité de l’environnement pour les décennies à venir.

Plus la pente d'un champ est raide et plus cette pente est longue, plus les risques d'érosion sont grands. L'érosion hydrique augmente aussi avec la longueur de la pente à cause de l'augmentation du ruissellement. La fusion de petits champs pour en faire de plus grands a souvent pour conséquence d'allonger les pentes. Le débit de l'eau étant alors plus rapide, le transport des sédiments augmente, ce qui donne lieu à des risques accrus d'érosion et d'affouillement.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols
  • Qualité de l'eau

Une différence entre un champ donné et d'autres champs semblables peut permettre de cerner des problèmes potentiels de dégradation des sols plus ou moins visibles en surface, par exemple la compaction, l'égouttement ou un drainage inadéquat, une structure dégradée, un faible taux de matière organique, de l'acidité, une fertilité déficiente ou un déséquilibre chimique.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Une croissance des cultures supérieure lorsque celle-ci est située au-dessus des drains peut indiquer la présence d'une compaction des sols causé par la machinerie ou d'un horizon naturellement compact ou induré.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Les zones dans le champ qui retiennent l'eau sur de longues périodes et qui limitent la croissance des cultures peuvent être liées à la compaction des sols par la machinerie, le mauvais égouttement de l'eau à cause d'un nivellement de surface à corriger ou de drains souterrains colmatés, de perte de la structure du sol à cause d'un manque de matière organique ou d'un travail du sol trop vigoureux ou d'une résurgence d'eau souterraine.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Les traces causées par le passage de la machinerie est un indice que le travail du sol a été effectué au mauvais moment ou que le sol dans ce secteur du champ ne s'égoutte pas assez rapidement.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

L'accumulation de particules de sol, par exemple au bas des pentes, est un indicateur d'un problème d'érosion des sols.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

La présence de rigoles ou de ravinements creusés par l'eau est un indicateur d'un problème d'érosion des sols.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

L'érosion éolienne est favorisée par la texture des sols, par le manque de structure du sol à cause d'un manque d'apport en matière organique ou d'un travail du sol trop vigoureux, d'une culture qui ne protège par suffisamment le sol ou d'une exposition du champ aux vents dominants.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Le semis direct et le travail réduit du sol permettent de limiter les problématiques de compaction des sols ainsi que le ruissellement. Les superficies travaillées avec un chisel doivent être considérées comme du travail réduit tout comme les travaux exécutés avec une herse, un chisel ou tout autre outil à l'exception d'une charrue.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Les cultures de couverture contribuent à la santé des sols ainsi qu'à leur productivité.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Les résidus de culture contribuent à la santé des sols ainsi qu'à leur productivité.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

L'incorporation des déjections animales rapidement après l'épandage permet de réduire les pertes en matières fertilisantes ainsi que les odeurs.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Une bonne gestion de la quantité et de la qualité de l’eau sert les meilleurs intérêts de la ferme et représente une préoccupation importante pour assurer un approvisionnement constant en eau potable pour le bétail. Si la réglementation protège la qualité de l’eau, les bonnes pratiques de gestion vont généralement plus loin et procurent des avantages additionnels pour la ferme et l’environnement. Les bonnes pratiques à l’étable et dans les champs sont un élément clé pour assurer une utilisation efficace de l’eau qui n’aura aucune répercussion négative sur la qualité des eaux souterraines et des eaux de surface.

Les eaux usées de laiteries de fermes doivent être récupérées selon l'un des modes suivants :


  1. dans le cas d'une exploitation avec gestion sur fumier liquide, les eaux doivent être acheminées dans l'ouvrage de stockage ou, lorsque permis, vers un réseau d'égouts;

  2. dans le cas d'une exploitation avec gestion sur fumier solide munie d'un ouvrage de stockage avec purot, les eaux doivent être acheminées vers le purot ou, lorsque permis, vers un réseau d'égouts.
Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015

Les eaux contaminées en provenance de l’amas ne doivent pas atteindre les eaux de surface. De plus, les eaux de ruissellement en provenance de l’amont de l’amas doivent être interceptées. Une exploitation agricole ne possédant pas d’ouvrage de stockage étanche pour ses déjections animales doit empêcher que les eaux contaminées provenant des amas n’atteignent les eaux de surface. On peut recourir au jugement professionnel d’un agronome pour établir l’amas de façon à éviter la contamination des eaux de surface.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Règlement sur les exploitations agricoles




Gouvernement du Québec - PAA expliqué 2015


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015



Les déjections animales accumulées au cours d'une année dans une cour d'exercice doivent être enlevées et valorisées ou éliminées, au moins une fois l'an.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015

Sauf dans le cas de traverse à gué, il est interdit de donner accès aux animaux aux cours d'eau et aux plans d'eau ainsi qu'à leur bande riveraine.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015

De façon générale, l'épandage de matières fertilisantes est interdit dans les espaces suivants :


  1. un cours ou plan d'eau ainsi qu'à l'intérieur de la bande riveraine dont les limites sont définies par règlement municipal;

  2. en l'absence d'une bande riveraine définie par règlement municipal :

    • dans un cours d'eau, un lac, un marécage d'une superficie minimale de 10 000 m2 ou dans un étang ainsi qu'à l'intérieur d'une bande de 3 m de ceux-ci;

    • dans un fossé agricole et à l'intérieur d'une bande de 1 m de ce fossé.
Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection

Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015

Les haies brise-vent, à l’intérieur ou autour des champs, présentent plusieurs avantages : stabilisation des berges des cours d’eau, abris pour la faune, diminution de la dérive des pesticides, amélioration du paysage, diminution des odeurs au moment des épandages d’engrais de ferme ou de MRF, ombrage pour les troupeaux, revenus d’appoint, etc. Elles servent aussi de protection contre le vent pour les cultures et le sol. Lorsque leur conception est adéquate, elles créent une zone de calme relatif pouvant s’étendre sur une distance d’au moins 10 fois la hauteur du brise-vent. Dans cette zone, un microclimat plus chaud et moins stressant pour les cultures permet des augmentations de rendement pouvant atteindre et même dépasser 10 % selon les cultures. La diminution de la vitesse du vent permet également de réduire les problèmes d’érosion éolienne, notamment lorsque les cultures laissent le sol à nu en tout ou en partie.

Avantages potentiels :

  • Biodiversité
  • Qualité de l'eau
  • Bon voisinage

Gouvernement du Québec - PAA expliqué 2015


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015


Les causes de la présence d'algues incluent l'érosion hydrique, le lessivage des fertilisants excédentaires par les drains et l'écoulement d'eau contaminée en provenance d'installations de stockage des déjections. D'autres signes de pollution incluent la turbidité élevée, l'eau d'une couleur brunâtre, des poissons morts et des dépôts de bancs de sable.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols
  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - PAA expliqué 2015


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015


À l’intérieur de l’aire de protection immédiate définie dans un rayon de 30 mètres autour d’un ouvrage de captage d’eau souterraine de catégorie 1 ou 2 et dans un rayon de 3 mètres pour un puits de catégorie 3, « Toute activité présentant un risque de contamination de l'eau est interdite, sauf celles relatives à l'opération, à l'entretien, à la réfection ou au remplacement de l'installation de prélèvement d'eau ou des équipements accessoires ».

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - PAA expliqué 2015


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015


L'identification permet de signaler la présence d'un puit et de réduire les risques de contamination.

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015


L’identification des puits évite la contamination accidentelle des sources d’eau potable, facilite les travaux des champs et les rend plus sécuritaires. Les puits peuvent être identifiés de deux façons :


  • au moment de l’élaboration du plan de ferme (contenu dans le PAEF), en indiquant l’emplacement des puits ainsi que les zones à respecter autour de ces derniers et en avisant l’exploitant agricole ou les personnes responsables de l’application d’intrants (engrais de ferme et minéraux, pesticides, matières résiduelles fertilisantes);

  • par l’installation de panneaux qui en signalent l’emplacement au champ

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - PAA expliqué 2015


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015


Par exemple, le puit doit être muni d'un couvercle sécuritaire, résistant aux intempéries, aux contaminants, à la vermine et, si l'installation est exposée à des risques d'immersion, aux infiltrations d'eau. La finition du sol autour de l'installation doit empêcher la présence d'eau stagnante et prévenir le ruissellement d'eau en direction de l'installation sur une distance de 1 m autour de l'installation. Les détails des règles à suivre sont présentés dans le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015

Lorsqu'une installation de prélèvement d'eau souterraine est obturée, elle doit l'être conformément aux conditions suivantes :


  1. un matériau non susceptible de dégrader la qualité de l'eau souterraine doit être utilisé;

  2. le tubage du puits doit être dégagé sur une profondeur minimale de 1 m depuis la surface du sol;

  3. le tubage doit être sectionné à la base de l'excavation;

  4. la portion du tubage ouverte à l'aquifère doit être comblée avec un sable propre;

  5. la portion restante du tubage doit être comblée avec de la bentonite ou un mélange ciment-bentonite;

  6. une plaque de béton doit être apposée au sommet du tubage;

  7. l'excavation doit être remplie en remettant en place le sol excavé initialement.
Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015

Les méthodes et outils comprennent, par exemple, des systèmes de recirculation des eaux traitées et des laveuses à pression pour les bâtiments de ferme.

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - PAA expliqué 2015


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015

Il est interdit d'appliquer un pesticide à des fins agricoles :


  1. à moins de 3 m d'un cours ou plan d'eau ou d'un fossé lorsque l'aire totale d'écoulement (largeur moyenne multipliée par la hauteur moyenne) de la partie du cours d'eau ou du fossé est supérieure à 2 m2; la distance relative à un fossé se mesure à partir du haut du talus de celui-ci;

  2. à moins de 1 m d'un cours d'eau, y compris un cours d'eau à débit intermittent, ou d'un fossé dont l'aire totale d'écoulement de la partie du cours d'eau ou du fossé est de 2 m2 ou moins; la distance relative à un cours d'eau se mesure à partir de la ligne naturelle des hautes eaux de celui-ci telle que définie dans la Politique visée au deuxième alinéa de l'article 1 et la distance relative au fossé se mesure à partir du haut du talus de celui-ci.
Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Qualité de l'eau

Gouvernement du Québec - Code de gestion des pesticides


Les producteurs laitiers du Canada (2015) - Manuel de référence : Environnement. L'initiative proAction®. Version brouillon de juillet 2015

La lutte contre les ennemis des cultures est un volet important de la production agricole. Les ennemis des cultures peuvent avoir des effets nuisibles à la fois sur la quantité et la qualité des récoltes. L’objectif est donc de lutter contre les ennemis des cultures de manière efficace, économique et sécuritaire à long terme.

Les mesures incluent par exemple l'utilisation de cultivars résistants aux maladies, le dépistage et l'utilisation de l'information du Réseau d'avertissements phytosanitaire (RAP) .

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

La résistance à un pesticide se traduit par la capacité d’un ennemi des cultures à survivre après un traitement aux pesticides qui, sous des conditions d'utilisation normales, aurait dû maîtriser efficacement cet ennemi.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Le suivi comprend les activités consacrées à la phytoprotection tels le dépistage, la préparation de la bouillie, l’application de pesticides, le respect des bandes tampons, etc. Le propriétaire doit s’assurer que les applications sont faites dans le respect de la règlementation et des recommandations d’un agronome externe, selon le cas.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

L’application des pesticides au début ou à la fin de la journée est recommandée pour éviter les stress thermiques et, surtout, réduire les risques pour les pollinisateurs, qui sont moins actifs durant ces périodes. Il est aussi recommandé de ne pas appliquer de pesticides lorsque les vents atteignent plus de 13 kilomètres à l’heure pour éviter la dérive des produits.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Le réglage d’un pulvérisateur consiste en un ensemble de vérifications et d’ajustements visant à doser la quantité de produit appliqué par unité de surface et à assurer l’uniformité de la pulvérisation. Le réglage devrait être effectué au moins une fois par année, idéalement au début de la saison de production. Il est nécessaire de répéter le réglage au moment de l’installation de nouvelles buses, lorsque le volume de bouillie par hectare ou la vitesse d’avancement est modifié.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

L'équipement, ainsi que l'utilisation d'un tracteur avec cabine, permet de protéger l’utilisateur de certains pesticides nocifs. L'équipement de protection suggéré comprend des gants de caoutchouc, un masque de protection respiratoire, des bottes de caoutchouc, un vêtement de protection et des lunettes de protection.

Avantages potentiels :

  • Bien-être des producteurs

Tous les contenants vides doivent être égouttés et rincés, avec soin, selon la technique du triple rinçage ou du rinçage sous pression. Il faut ensuite rendre les contenants rincés inutilisables en les écrasant ou en les perforant (sauf ceux qui sont repris par le fabricant) afin de s’assurer qu’ils ne seront pas utilisés à d’autres fins. Les contenants vides, conservés en lieu sûr jusqu’à leur élimination définitive, ne doivent en aucun cas être brûlés ou enterrés. Ils doivent être rapportés chez le détaillant du produit afin d’être recyclés.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Après l’application d’un pesticide, le rinçage du pulvérisateur est important afin de :

  • diminuer les sources de pollution ponctuelles par les pesticides;

  • réduire les risques de phytotoxicité lors de l’application suivante;

  • prolonger la durée de vie de l’équipement de pulvérisation.

Le rinçage du pulvérisateur vise à réduire suffisamment la concentration de la matière active contenue dans le volume mort de l’appareil à la suite de la pulvérisation. Pour éviter de contaminer la cour de la ferme avec des résidus de pesticides, le rinçage doit être effectué dans le champ où le pesticide a été appliqué. Il est suggéré de faire le rinçage sur une partie du champ déjà pulvérisée qui a eu le temps de sécher et de se déplacer à une vitesse élevée. Pour effectuer le rinçage au champ, il est nécessaire de disposer d’un réservoir de rinçage contenant de l’eau claire. Généralement, la capacité de ce réservoir devrait représenter environ 10 % du volume du réservoir principal. Le rinçage du pulvérisateur est suivi du nettoyage de l’appareil.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

On appelle « restes » ou « surplus » de bouillie de pesticides l’excédent de bouillie qui n’a pas été appliqué. Les restes de bouillie ne doivent pas être éliminés de la même manière que les eaux de rinçage du pulvérisateur, c'est-à-dire sur le champ traité. Il existe trois moyens de réduire les risques associés à ces restes :


  1. Évitez les surplus en calculant le volume de bouillie nécessaire et en adoptant de bonnes pratiques (exemple : réglage du pulvérisateur).

  2. Recyclez les surplus en étendant l’excédent de bouillie sur des parcelles qui n’ont pas encore été traitées et qui nécessitent le même traitement, en tenant compte de ce traitement lors de la prochaine pulvérisation.

  3. Éliminez les surplus en faisant appel à une entreprise spécialisée (adressez-vous aux bureaux régionaux du MDDELCC).

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Il existe un programme de récupération de contenants agricoles vides. Ainsi, ces contenants sont acceptés dans près de 70 centres de récupération à travers le Québec.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Selon les types de culture, diverses mesures permettent de réduire la dérive, dont les buses antidérive, les haies brise-vent, les pulvérisateurs de type tour ou tunnel, les adjuvants dans la bouillie et le choix de moments propices à la pulvérisation.

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Pour appliquer des pesticides, les exploitants agricoles (ou leurs employés) doivent posséder un certificat délivré par le MDDELCC ou être sous la surveillance d’une personne certifiée. Une personne ne peut obtenir ce certificat sans avoir réussi au préalable l’examen prescrit ou reconnu par le gouvernement. Une formation, non obligatoire, est offerte et permet d’acquérir les connaissances nécessaires à la réussite de l’examen de certification.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Les délais avant récolte sont toujours inscrits sur les étiquettes des produits et demandent une attention particulière des utilisateurs pour éviter tout contact avec les pesticides. Les travailleurs qui doivent appliquer un traitement avec des pesticides sur les cultures peuvent être exposés de façon significative à ces produits. Le respect d’un délai minimal entre l’application et le retour sur le secteur traité est une des mesures de prévention les plus efficaces pour minimiser les risques d’exposition cutanée aux pesticides. Ce délai est appelé délai de rentrée. Ce délai est parfois inscrit sur l’étiquette du produit. En général, les délais sont compris entre 12 et 48 heures, mais ils peuvent être plus longs selon la toxicité du produit utilisé et les différents types de cultures. Lorsqu’aucun délai n’est proposé sur l’étiquette, on peut utiliser les délais provisoires déterminés par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

On devrait toujours réserver un endroit distinct à l’entreposage des pesticides. Cet entrepôt devrait toujours être fermé à clef, et une indication sur le contenu toxique des produits devrait être placée visiblement à l’extérieur. Un aménagement de rétention est un plancher, une plate-forme ou un bassin étanche qui visent à retenir toute fuite ou tout déversement de pesticides et à les récupérer entièrement.

Pratique prioritaire

Avantages potentiels :

  • Santé des sols

Avec une bonne planification et une saine gestion, il est possible d’améliorer la biodiversité et les habitats fauniques à la ferme, souvent pour le plus grand bien des cultures. Plusieurs pratiques agricoles peuvent améliorer à la fois le rendement des cultures et la biodiversité.

Un milieu humide est un milieu saturé en eau qui favorise la vie aquatique. Il n’est ni un milieu terrestre ni un milieu aquatique, mais se situe plutôt entre les deux. Ces milieux humides jouent des rôles importants, notamment dans le captage des éléments nutritifs, dans la diminution des risques d’érosion et dans la régulation des crues, ce qui réduit les risques d’inondation.

Avantages potentiels :

  • Biodiversité